Fatigue décisionnelle: Des conseils pour ne pas succomber

0
1155
Fatigue décisionnelle
 Quand faire face à trop de choix nous épuise
Par Mathieu Blard

5 conseils pour moins se fatiguer

Réduire le nombre de choix à faire : Pas facile de prendre de la distance face à l’avalanche de sollicitations dont nous pouvons être la cible au cours d’une journée. « Nous avons tous des smartphones, nous sommes stimulés en permanence, explique Gilles Lafargue. En réunion, un SMS arrive avec une question concernant la vie de famille. Nous pourrions nous dire « je ne regarde pas », mais le fait de résister est un effort conscient, aussi fatigant qu’une décision. En revanche, nous pouvons organiser notre environnement de manière à avoir le moins de petites décisions possibles à prendre au quotidien. D’une manière générale, on s’économise en se mettant en pilotage automatique ». Barack Obama déclarait en 2012 : « Je ne porte que des costumes bleus ou gris, j’essaie de réduire au minimum le nombre de décisions à prendre. »
Lâcher du lest : Quand c’est possible, lâchez prise ! Léa est moins épuisée depuis qu’elle ne tente plus de tout contrôler dans son couple : « Pour les petites choses, je laisse mon copain choisir désormais ! » Carine également tente de responsabiliser son entourage, en premier lieu ses enfants : « Je leur demande de réfléchir à leurs questions avant de me les poser ». Elle a aussi vu une énergéticienne, qui lui a conseillé de ne prévoir qu’une seule chose à faire pour elle-même durant les week-ends. Un bon moyen de se ressourcer.
Se faire confiance : Et si le mieux était de suivre son flair ? Pour Gilles Lafargue, parfois, trop réfléchir est contre-productif : « Des études montrent que dans certains cas complexes, nous prenons de meilleures décisions en répondant intuitivement plutôt que lorsqu’on pèse trop le pour et le contre ». De même, il est parfois bon de s’occuper des tâches importantes dès le matin, moment où, pour la plupart d’entre nous, les ressources mentales sont au plus haut.
Se donner un délai : Certaines décisions peuvent prendre des heures de tergiversations épuisantes. Se donner un temps limité pour choisir permet de faciliter le passage à l’action.
Se tenir à ses choix : Une fois la décision prise, ce n’est plus la peine de revenir dessus. Le choix a été fait, mais cela nécessite également d’accepter que la plupart du temps, il n’existe pas de solution parfaite et que nous faisons le meilleur choix possible dans un contexte donné.
Hiérarchiser les urgences : Les décisions à prendre s’enchaînent ? N’hésitez pas à prendre un temps pour hiérarchiser les urgences… et à remettre à plus tard celles qui ne nécessitent pas de réponse immédiate.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici