CDHC :Les principales missions du Pr James Mouangue Kobila

0
1143

CDHC 

Pr James Mouangue Kobila prête serment

Le président de la Commission des droits de l’homme a officiellement pris fonction le 29 avril.  

Par Junior Ayissi

« Moi, je jure solennellement de bien et fidèlement remplir avec probité, impartialité et indépendance les fonctions de commissaire qui me sont confiées, de garder le secret professionnel, le secret des délibérations… ». Extrait de la prestation de serment des 15 commissaires de la commission des droits de l’homme du Cameroun. Nommés le 19 février 2021 par le chef de l’Etat Paul Biya, ces derniers dont le président le Pr James Mouangue Kobila ont pris cet engagement devant les membres du corps judiciaire à la Cour suprême le 29 avril 2021.

Pr James Mouangue Kobila 

Au sortir de cette cérémonie, le premier président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone n’a pas manqué de leur prodiguer quelques conseils. « Les tortionnaires n’ont pas de place dans un état de droit. Vous devez être courtois, respectueux ; éviter de dramatiser des situations sur des états de droits de l’homme ; ne pas couvrir les tortionnaires ; travailler avec probité et impartialité. C’est donc une mission lourde, délicate et complexe qui pèse désormais sur vos épaules. Pondération et paix doivent être votre credo », a conseillé le représentant de la justice. Les membres en ont conscience. « Nous avons trois missions principales, à savoir : la promotion des droits de l’homme (vulgariser les droits de l’Homme) ; la protection des droits de l’Homme effectuée essentiellement par le traitement des requêtes. Ce qui veut dire que tous les citoyens camerounais qui sentent ou qui se croient victimes d’une violation des droits de l’homme ont le droit de saisir la commission et la prévention de la torture », a confié le Pr James Mouangue Kobila. Et d’ajouter: « nous évoluons dans un contexte où les allégations de torture sont différentes. Sur ce terrain, la loi nous impose de visiter régulièrement tous les lieux de privation de liberté hors du commun, existant dans les hôpitaux, les aéroports, les centres scolaires, etc. Nous devons ainsi vérifier et nous assurer que les conditions de détention des citoyens sont décentes, correctes et conformes aux standards nationaux et internationaux des droits de l’Homme ». Le président, le vice-président, le Secrétaire permanent ainsi que les 13 membres ont un mandat de cinq ans renouvelable une fois.

Devenue Cdhc le 19 juillet 2019 en remplacement de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl), il a été question pour les pouvoirs publics de doter des attributions plus vastes à la nouvelle institution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici