« L’anesthésie du cœur »: Pourquoi je ne ressens plus d’émotions ?

0
1061
Crédit photo: Jean Mallard

« L’anesthésie du cœur »

Parfois, on arrête de ressentir des émotions sans s’en rendre compte, et quand on le fait, on ne se rappelle plus ce que c’était de ressentir. Découvre pourquoi cela arrive… (Première partie)

Pourquoi je ne ressens plus d’émotions ?
Il y a quelques mois, quelqu’un a posé une question sous ce titre. Lors de cette consultation, la personne a expliqué avec une profonde préoccupation qu’elle ne ressentait ni émotions positives, ni émotions négatives. Malgré tous ses efforts, elle n’était pas capable de s’émouvoir pour quoi que ce soit, et à la place, elle parlait d’une « armure dans sa poitrine » qui l’empêchait même d’être bien avec son partenaire. Cette personne en question a très bien expliqué ce phénomène avec cette armure, en effet, je l’explique parfois comme un château dont on met des murs pour se protéger, de plus en plus hauts et robustes. Ainsi, quand la personne s’en rend compte, il lui est impossible d’apercevoir les magnifiques vues depuis le sommet de la montagne.

Et bien, aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de l' »anesthésie du cœur », qui se produit lorsque la personne se sent si vulnérable ou quand la douleur peut devenir si intense qu’elle se « déconnecte » comme s’il s’agissait d’une prise. Cette déconnexion ne se fait évidemment pas de manière volontaire, c’est quelque chose d’inconscient qui peut durer un certain temps ou se développer, et qui se produit chez des personnes qui sont très sensibles émotionnellement.

Qu’est-ce que l’anhédonie ?
En réalité, l’alexithymie et l’anhédonie peuvent être confondues parce qu’elles ont des traits communs. Dans les deux cas, il est difficile d’identifier et de reconnaître ses émotions. La différence réside dans le fait qu’une personne alexithymique n’a jamais été capable de les reconnaître ou de les expérimenter, alors qu’une personne anhédonique a pu les identifier et les expérimenter et c’est après un « dit » moment (qui peut être facilement identifiable ou non) que vous avez cessé de ressentir.

L’anhédonie est donc une défense de notre cerveau qui nous empêche de nous sentir mal à l’aise, mais qui nous empêche aussi de ressentir les émotions positives. Il se produit un isolement émotionnel pour ne pas souffrir qui finit par être une torture parce qu’elle nous empêche de vivre. L’anhédonie peut nous transformer en robots froids et dépourvus d’émotions : nous ne nous intéressons plus à rien, ni à l’affection que nous porte les autres, et nous ne nous efforçons plus de nous donner du plaisir, rien ne nous émeut, la musique cesse de nous transmettre quelque chose ; nous cessons de ressentir, que ce soit le bien ou le mal.

Pourquoi l’anhédonie apparaît ?
Généralement pour que nous ne ressentions pas de douleur. Au début, elle apparaît comme une défense du cerveau dans des états dépressifs. Si nous cessons de ressentir et que nous nous déconnectons de l’émotion, nous pouvons continuer à fonctionner dans la société : il ne faut pas se mettre en repos pour une dépression, il ne faut pas remettre en question les choses, il ne faut pas apprendre de ses erreurs ni demander pardon ou l’exiger de l’autre. Nous avons fonctionné ainsi sans peine ni gloire et personne n’a besoin de s’en rendre compte. Tout ça vous semble commun, n’est-ce pas ?

Crédit photo: Jean Mallard

Mais la réalité est très différente. La personne sait que quelque chose ne va pas. Elle est inquiète parce qu’elle ne ressent plus rien, mais parfois elle ne sait même pas où est la source de ce malaise. Parfois, il arrive que la personne se soit tellement déconnectée qu’elle ne se souvient plus de ce qu’elle était, et des problèmes au niveau social surviennent alors : problèmes de couple, d’amis, de famille, etc. Les gens vous disent que vous n’êtes plus le/la même, que vous êtes comme absent et que vous vous fichez de tout.

Et c’est vrai, mais ça ne l’est pas vraiment. Vous vous ne vous en foutez pas, mais vous ne savez pas pourquoi votre attitude montre que vous ne vous en souciez pas. C’est une lutte interne, car vous voulez ressentir, mais vous ne pouvez pas le faire. Même si vous essayez, vous ne pouvez plus ressentir les émotions positives. Ce mécanisme de défense fonctionne comme une chimiothérapie : de la même manière qu’il tue les cellules cancéreuses, il tue aussi les cellules saines. Il en va de même pour l’anhédonie : on cesse de ressentir de la douleur mais aussi du plaisir, on cesse de ressentir de la tristesse mais aussi de la joie.

 Encarni Muñoz Silva, Psychologue Psychothérapeute

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici