Couches de nuit: Explication scientifique 

0
1840

Couches de nuit: Explication scientifique 

par Dr Romuald Stone Mbangmou, spécialiste du sommeil 

Les  » couches de nuit » ou rêves sexuels font parties des rêves dits archétypaux ou universels. Ce sont des rêves archaïques ou anciens, que tout le monde fait. Anciens parce qu’ ils puisent leur origines dans l’histoire ancestrale du dormeur. La sexualité fait partie intégrante de la grande majorité des organismes vivants, et concernent tous les primates dont font partie les humains. Les rêves sexuels ont pour principales fonctions:

-chez l’adolescent : preparer la vie sexuelle et reproductive de l’âge adulte. Cette fonction s’observe dans la phase de préadolescence, le jeune garçon ou la jeune fille fait de plus en plus les rêves sexuels, se réveillant régulièrement mouillé. Cette mise en scène a pour objectif d’exercer le corps du futur homme ou de la future femme à sa vie sexuelle imminente, en rôdant dans un environnement virtuel sécurisé l’appareil et le système reproducteur. Donc, ce type de rêve est indispensable pour la vie sexuelle d’un être humain, et est le principal facteur de stimulation de la puberté. 

-Chez l’adulte, les rêves sexuels ont deux principaux rôles. Lorsqu’ils apparaissent fréquemment dans une période de quelques jours ou semaines, puis disparaissent complètement, cela signifie tout simplement que votre corps était en train de résoudre un problème en rapport avec votre appareil génital. Dans la plupart des cas, il s’agit des infections génitales ou des troubles sexuels. D’autres rêves sexuels chez les adultes sont l’accomplissement d’un désir refoulé ou d’un acte manqué : l’organisme produit le rêve parce que depuis un moment vous n’avez pas fait de rapport sexuel (le rêve ici permet de réguler ou maintenir l’appareil reproducteur en activité, ou le rêve vient vous aider à dissoudre une émotion que vous avez accumulé en rapport avec une personne sur qui vous fantasmez.

Dans tous les cas, les couches de nuit ou rêves sexuels sont expliqués scientifiquement, et ne sont pas des drames et des persécutions mystiques comme les hommes d’églises et les tradipraticiens nous le font croire tout le temps. Si c’était le cas, tous serions envoutés ou sous l’emprise du diable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici