Extrême-Nord:Des militaires tués par Boko Haram

0
583

Extrême-Nord
Des attaques de Boko Haram font des morts
Huit personnes dont des militaires ont perdu la vie.
Par Jacques Kaldaoussa
Une bande d’assaillants de la secte Boko Haram a fait une incursion dans le village Bla-Gossi-Tourou, dans l’arrondissement de Mokolo, département du Mayo-Tsanaga, vers 22 h le 21 mars dernier, selon une source sécuritaire. Les terroristes avaient visiblement ciblé leurs victimes. Selon le voisinage, arrivés au village, ils ont tué trois personnes à coups de machettes. Les nommés Guitere Ngahadek, un homme de 60 ans, Zada Hawadak, une femme de 55 ans et Ngargoua Tsihoua, une autre femme de 65 ans. Les terroristes ont également fait un blessé grave, Rhouboussawa Ngaldai, une femme de 72 ans, actuellement sous soins intensifs à l’Hôpital régional annexe de Mokolo. Le village étant situé non loin du poste militaire de Gossi, les éléments du bataillon d’intervention rapide (Bir) et ceux de l’opération Emergence 4 du poste de Matchitcha ont aussitôt organisé la riposte et ont réussi à mettre les assaillants en déroute, limitant ainsi les dégâts. De nombreux témoignages de villageois confirment que les combattants de Boko Haram profitent de la pleine lune et de la période de chaleur comme en ce moment pour piller et tuer.
A Fotokol, les assaillants ont mené des raids sur trois postes de militaires de la force multinationale mixte (Fmm). L’on apprend que ces terroristes auraient été informés que les militaires de ces postes ont reçu la veille des ravitaillements importants. Le premier raid a été mené entre Ladari et Gambaru, côté nigérian, non loin de Fotokol. Le second a visé le poste de Woulgo où un militaire de la force multinationale mixte, le soldat camerounais Florent Nguetsa Nguetsop a été tué en compagnie de deux autres camarades d’armes. La troisième attaque a visé le poste militaire de Soueram au Cameroun.
Mayo-Sava
La veille, Kangaleri, village situé sur la nationale numéro 1 Mora-Waza, dans le département du Mayo-Sava, deux villageois perdent la vie et deux autres sont blessés à la suite d’une incursion des assaillants de Boko Haram dans la nuit du 18 au 19 mars dernier. Ces derniers ont immédiatement mis le feu aux concessions faites essentiellement en matériaux provisoires et en tiges de céréales tandis que certains tiraient des coups de feu en scandant le fameux slogan « Allah Hou Akbar ». Près de 1 000 âmes sont restées sans abris selon certaines estimations. Alertées par les tirs d’armes à feu et les flammes, les forces de défense et de sécurité n’ont pas pu les rattraper.
Ces attaques simultanées sur les positions militaires couplées aux incursions dans certains villages frontaliers de part et d’autres du Cameroun et du Nigeria depuis le 15 mars dernier démontrent à suffisance que les terroristes semblent plus déterminés à reprendre du poil de la bête. C’est désormais la peur dans le ventre que vit le reste de la population. Les villages environnants de la localité de Tourou comme Hitere, Hidoua, Gossi, Guitsenad, Hitawa et Roum font l’objet d’attaques régulières des Boko Haram qui les considèrent comme leurs bassins de ravitaillement face à la rareté des ressources vitales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici