Obsèques de PEK: Njombé-Penja en colère

0
604
Obsèques 
Les adieux de Njombé-Penja à Paul Eric Kingue
Malgré les causes de son décès, les populations ont bravé les Fmo pour rendre un dernier témoignage au défunt maire.
Par Blaise Djouokep
Lorsqu’arrive le cortège funèbre dans la ville de Penja, une marée humaine est présente. Jeunes, vieux, hommes, femmes, enfants sont massivement sortis de leurs domiciles et interrompus leurs activités pour rendre un dernier hommage à celui qui était jusqu’à sa mort, le maire de la commune de Njombé-Penja. Le cortège funèbre a été immobilisé par la marée humaine, malgré la présence des Forces de maintien de l’ordre (Fmo) venues en masse faire respecter les mesures barrières, au regard de ce que Paul Eric Kingue a été emporté par le COVID-19.
Les Fmo présentes entendent faire respecter l’itinéraire du cortège mortuaire. Lequel prévoit une escale de la dépouille au domicile du défunt, avant l’inhumation dans la stricte intimité familiale. D’après des sources à Penja, les populations ont voulu rendre à leur manière un ultime hommage à celui qui s’est toujours battu pour elles. « Une fois au domicile du défunt, la police a refusé de faire sortir le corps de Paul Eric Kingue du véhicule pour le mettre dans son domicile afin de faire respecter les mesures barrières. Et les populations qui ne l’entendaient pas de cette oreille ont continué d’exiger que le corps de leur homme fort leur soit rendu », relate un habitant de Penja.
Face à cet affrontement qui s’annonçait entre les populations et les Fmo, celles-ci ont tenté de disperser la foule à coups de gaz lacrymogène. En vain. Les populations vont résister à la fumée étouffante de ce gaz. Dans la bousculade, plusieurs blessés seront enregistrés. Malgré la présence du sous-préfet de l’arrondissement de Njombé-Penja, les populations ne lâcheront pas prise. Dépassées par la situation, les Fmo lâcheront prises et, apprend-on, les obsèques vont se poursuivre, comme de tradition, avec des témoignages qui seront faits au domicile du défunt. Ensuite, la dépouille va faire escale à la mairie, où le sous-préfet va faire preuve de tact pour calmer la foule en colère, qui venait encore de recevoir des tirs de gaz lacrymogène. Paul Eric Kingue sera ensuite inhumé à Mpoula, un village de la commune qu’il dirigeait.
PEK
Décédé dans la nuit du dimanche à lundi, 22 mars dernier des suites de maladie, la mise en bière de Paul Eric Kingue s’est faite à l’Hôpital Laquintinie hier mercredi, en présence du gouverneur de la région du Littoral. Etaient également présents à cette cérémonie, le président national de Communes et villes unies du Cameroun (Cvuc), des magistrats municipaux, et des hommes politiques, venus rendre un dernier hommage à l’illustre disparu. Paul Eric Kingue quitte définitivement la scène, à l’âge de 55 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici