Coupure de l’énergie électrique:Le calvaire des populations

0
384
Energie électrique 
Des quartiers de Yaoundé dans le noir
Une autre panne prive la majorité des habitants de la capitale politique d’électricité. 
Par Junior Ayissi 
Arlette D. a presque déserté son domicile. Elle subit les affres de l’obscurité depuis 48h. Riveraine au quartier Ekounou, pour se rendre au travail, elle a de la peine, car, elle se trouve dans l’obligation d’arborer des tenues froissées. Elle traîne les chargeurs de ses appareils (téléphones et ordinateur portable) à son lieu de service. A côté d’elle, Henriette, restauratrice a des larmes aux yeux. Son congélateur est pratiquement dégivré. Son contenu semble irrécupérable. Elle estime les vivres qui s’y trouvent à plus de 100 000Fcfa. L’habitante du quartier Nsimeyong ne sait à quel saint se vouer. Les élèves n’ont plus la possibilité de réviser leurs leçons. Comme ces deux dames, plusieurs autres habitants des quartiers Emombo, Anguissa, Mendong, Mimboman ou Nkolmesseng broient du noir.
Le 23 mars, la société nationale de transport de l’électricité (Sonatrel) annonçait « un incident sur la ligne 225Kv Mangombé-Oyomabang ». Le lendemain, la situation reste inchangée. Dans une autre sortie, l’entreprise en charge du transport de l’électricité a fait un état des lieux de la situation. « La ligne Sonatrel Mangombé-Oyomabang qui a enregistré un incident depuis hier (23 mars, Ndlr) à 13h05 reste hors service. Quelques lignes ont déjà été rétablies », apprend-on. Comme à la veille, l’entreprise a rendu publique la liste des quartiers encore impactés par la panne. Lesquels dépendent des postes de transformation Brgm de Melen, de Ngousso, Kondengui, et de Ahala. « Depuis la survenue de cet incident, le Grid Dispatch chez Sonatrel avec le Centre de conduite de réseaux d’Eneo font des manœuvres de reprise », essaye de rassurer la Sonatrel.
 Les perturbations de l’énergie électrique dans la capitale politique et ses environs commencent à devenir le quotidien des populations. Selon le concessionnaire du service public de l’électricité, Eneo, les perturbations observées sont liées à une série d’incidents aussi bien sur le réseau de transport que sur celui de la distribution.  « Principalement, sur la ligne de transport Oyomabang-Nomayos avec effet sur la distribution de l’électricité dans une partie de Yaoundé et la région du Sud », écrivait Ernestine Rose Eyinga épse Mboa, directrice régionale Eneo pour le Centre, le 10 mars dans un communiqué. A cela, il faut ajouter la vétusté des équipements. « L’instabilité dans la fourniture de l’énergie électrique en général au Cameroun est due à la vétusté du réseau de transport d’énergie et des postes transformateurs. Dès qu’il y a un incident [arbre qui tombe sur la ligne, pluie avec foudre, orage, etc., Ndlr], il y a déclenchement d’un dispositif de protection qui se met en branle pour couper l’énergie afin de préserver l’infrastructure et permettre qu’un diagnostic soit établi pour identifier la véritable cause ou les hypothèses de causes et ensuite y remédier », informait une source au ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici