Approvisionnement des marchés : Le constat du Mincommerce

0
512

Approvisionnement des marchés 

Le Mincommerce fait le tour

Il n’y a pas de pénurie. C’est le constat qui se dégage au terme de la descente effectuée ce 1er avril 2021 par Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce dans les espaces de distribution de la ville de Yaoundé.
Il était question pour le patron du commerce de faire le point sur l’état des lieux de l’approvisionnement en produits de grande consommation tels que le riz, le poisson, la viande de bœuf, le sucre et les produits dérivés de la farine de blé( pain, pâtes alimentaires) ainsi que sur les prix pratiqués dans nos marchés.
Il ressort au terme de cette visite que les stocks disponibles en produits de grande consommation pourraient couvrir une période d’au moins trois à quatre mois et aussi les prix pratiqués se situent en deçà des prix homologués pour certains et concertés pour d’autres produits. Pour ce qui est du riz, la diversification des origines à savoir chinois, indien, birman a permis de mettre sur le marché des produits de qualité à la portée de tous les consommateurs et pour toutes les bourses, soit 16500 francs CFA le sac de 50 kilogrammes de riz 5% brisures.
S’agissant du poisson, la rareté du maquereau 25+ observée dans les marchés n’est pas une spécificité camerounaise, elle s’explique par le fait que le monde traverse une période de repos biologique ou de reproduction. Des dispositions ont été prises afin qu’il soit mis sur le marché des produits de substitutions à l’instar des maquereaux irlandais et sénégalais, des rougés etc. La rareté du tilapia quant à elle s’explique par la politique d’import substitution prônée par le Chef de l’Etat qui consiste à limiter les importations afin de promouvoir la production locale.

Le Mincommerce sur le terrain

Parlant de la viande de bœuf, le kilogramme de viande sans os se commercialise à 2800 francs et 2300 francs celui avec os. Le prix du sucre quant à lui varie entre 600 francs et 700 francs dans les espaces marchands de la cité capitale. La baguette de pain est vendue à 125 francs au consommateur dans les différentes boulangeries visitées.
Selon le ministre, la crise sanitaire actuelle de COVID19 a entrainé des difficultés d’approvisionnement dans le monde ainsi qu’une envolée des prix de l’ordre de 40% sur le marché international due au confinement observé dans les pays producteurs avec pour conséquence directe la baisse de la main d’œuvre et de la production. Aussi le taux du fret maritime a également connu une augmentation allant de 10 à 20%. Malgré tous ces facteurs, les prix des produits de grande consommation sont restés stables dans les différents espaces marchands du territoire.
Le Ministre du Commerce rappelle aux consommateurs que le numéro d’utilité publique le 1502 reste ouvert pour toute dénonciation des pratiques commerciales illicites dont ils pourraient être victimes ou témoins.

Source: Mincommerce 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici