Croissant lunaire:La gestion divise

0
1039

Islam

La gestion du croissant lunaire divise 

Par Junior Ayissi 

La Commission nationale du croissant lunaire (Cncl) désavoue l’accord signé entre Cheikh Ibrahim Moubarak Mbombo, président national de l’Union islamique du Cameroun (Uic) et Fessal Mounir, président général de l’Association solidaire pour la vocation islamique (Assovic) visant à mettre sur pied un nouvel organe de gestion du croissant lunaire au Cameroun. Dans un communiqué, rendu public, le 04 avril 2021 et signé de Souley Mane, porte-parole du Cncl, l’on apprend que « la Cncl et l’Association culturelle islamique du Cameroun (Acic) ne sont nullement concernées par cette entreprise. Celles-ci estiment que cette démarche « loin d’être consensuelle, crédible et transparente relève du désordre ». Aussi, appellent-elles à plus de vigilance de la part des croyants musulmans du Cameroun.

Et pourtant, 24h plus tôt, le 03 avril 2021, les deux leaders  cités plus haut, ont signé un protocole d’accord relatif à la gestion harmonieuse du croissant lunaire au Cameroun. Ledit accord portant création d’un Conseil camerounais du croissant lunaire (Cccl). Ils ont, par la même occasion, procédé à la nomination du Secrétaire permanent dudit conseil, en la personne de Mohamed Azize Mbohou. La coordination des affaires administratives et financières du Cccl étant sa principale mission. Le cccl « est l’aboutissement d’une démarche consensuelle, constructive, interactive et transparente engagée depuis le 6 février de l’année en cours, dont l’objectif majeur était de mobiliser et d’impliquer toutes les ressources humaines et matérielles indispensables à une gestion harmonieuse de la question du croissant lunaire dans notre pays », a précisé Mohamed Azize Mbohou. Un autre imbroglio qui ravive les souvenirs des dissonances existantes en 2019, et qui avaient fait rater des examens à de nombreux élèves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici